• Critique de Channel 309 (I-III) de Marco Malattia

    Critique : Channel 309 (I-III) de Marco Malattia

    Réalisé par Marco Malattia

    La critique de Cannibal Cunt :

    Je vous parle aujourd'hui une nouvelle fois de Marco Malattia avec ce Channel 309 (I-III), qui regroupe donc 3 court-métrages (ou épisodes). Une œuvre encore une fois à réserver à un public particulièrement averti, mais s'éloignant suffisamment de la simple pornographie outrageante et dégoutante pour se révéler intéressante et proposant une esthétique et une ambiance malsaine fortement réussie.

    http://1.bp.blogspot.com/-N3RNv5IlqqY/Vfu-wuXzNlI/AAAAAAAAI4c/2N0FmGa4J5A/s1600/ch309-2.jpg

    Autant le dire directement : ceux qui iront acheter (ou, si toutefois il est trouvable sur la toile, le télécharger bande de fieffés coquins) ce Channel 309 (I-III) uniquement dans le but de voir un film dépassant les limites de l'extrême risquent d'être déçu. Et pour cause : Marco Malattia nous propose certes une œuvre pervertie et présentant des actes déviants et extrêmes non simulées qui pourront faire tourner de l’œil les non-avertis mais ces actes restent au final peu graphiques et l'image granuleuse en noir et blanc masquera en partie l'impact de certaines scènes en matière de dégueulasserie. De plus il est clair que le but de Marco Malattia n'est pas la de révulser le spectateur devant des insanités gratuites. Non, Channel 309 (I-III) impressionne surtout par son ambiance malsaine travaillée vraiment géniale. Le noir et blanc trouble, les symboles sataniques omniprésents, les scènes totalement étranges et les plans énigmatiques ainsi que la bande son noise cauchemardesque se mêlent à la pornographie déviante et tissent une ambiance particulièrement malsaine et éprouvante. Il s'agit la de la principale qualité de ces épisodes : l'aura de cauchemar énorme que dégage l’œuvre, profondément dérangeante et viscérale. A elle-seule, cette ambiance mérite pour moi le visionnage tant elle est réussie ! Malgré tout il y a évidemment d'autres aspect dans ce métrage qu'il convient d'aborder.

    Critique : Channel 309 (I-III) de Marco Malattia

    Ainsi le film est également intéressant de par son esthétique, il y a la une recherche indéniable dans les plans, l'image ainsi que les symboles utilisés (insectes, évocations sataniques, masques), toujours cultivant la malaisance chez le spectateur. Au niveau de la pornographie, elle est bien évidemment fort présente, pour ne pas dire centrale dans l’œuvre, et est bien sûr extrêmement déviante et crasseuse. Au sinistre menu l'on trouve : urophilie, fellation sous l'eau, bondage, fist-fucking et arm-fucking, écartement vaginal brutal, éjaculations faciales ou encore scarification au scalpel (je vous rappelle que rien n'est simulé). Bref, un beau panel de débauches ! Encore une fois l'on peut faire le rapprochement avec l'œuvre de Lucifer Valentine de par le côté expérimental et angoissant de l'esthétique du film ainsi que la représentation de la dépravation, bien que pour le coup Marco Malattia verse plus clairement dans le pornographie. Après il faut reconnaître que le film n'a aucun véritable scénario. Les séquences s'enchaînent de manière anarchique, les scènes ne sont par structurées et la ou les Vomit Gore avaient tout de même un fil conducteur aisément reconnaissable ici on est en plein dans l'expérimental et il n'y a en apparence aucune histoire. Il est clair que tout le monde n'adhèrera pas. Tout du moins le film n'est cependant pas vide de message, mais tout cela reste bien flou et c'est au spectateur d'interpréter lui même les symboles exposés par Marco Malattia et chacun se fera surement sa propre hypothèse quand au sens profond de tout cela. A préciser que si Channel 309 (I-III) peut sembler trop éprouvant de par son ambiance et son rythme anarchique, sa faible durée de moins de 50 minutes permet de ne pas du tout lasser et est parfaitement calibrée.

    Critique : Channel 309 (I-III) de Marco Malattia

    En résumé Channel 309 (I-III) ne plaira surement pas à tout le monde. Ceux qui veulent juste de la pornographie extrême poussée au maximum sont invités à se tourner vers No Vaseline du même réal, dont l'ignoble trailer seul présent sur le DVD de Channel 309 (I-III) est plus répugnant que cette œuvre même. En revanche ceux qui sont amateurs de pornographie déviantes et d'esthétique et ambiance malsaine alors je leur recommande très vivement ce métrage qui s'impose comme un incontournable. Tout les autres peuvent passer leur chemin sans regrets. Le film divisera surement, personnellement j'ai adoré et c'est avec plaisir que je vous proposerais prochainement une chronique sur Channel 309 (IV-VI) ainsi que sur No Vaseline !

     


  • Commentaires

    1
    Lundi 4 Avril 2016 à 18:52

    ah super, tu vas donc chroniquer No Vaselin prochainement sur ton blog. Difficile de rebondir sur ce Channel 309 puisque je ne l'ai pas vu. Mais Inthemood l'a chroniqué sur Cinéma Choc. Difficile de croire que No vaseline va encore plus loin dans l'ignominie, mais tout est possible aujourd'hui dans le cinéma extrême

    2
    Lundi 4 Avril 2016 à 19:57

    No Vaseline semble meme bien pire !

    3
    Lundi 4 Avril 2016 à 20:24

    semble ??? Ah bon tu ne l'as pas encore vu ?

    4
    Lundi 4 Avril 2016 à 20:52

    Non, comme je le précise à la fin de la chronique ou je dis que rien que le trailer de No Vaseline m'a plus révulsé l'estomac que le visionnage de Channel 309 entier ! De plus de réputation il semble bien plus hardcore.

    5
    Abril Granaso
    Mardi 5 Avril 2016 à 02:05

    Both are masterpieces of sexual deviance on different levels ...

     

    6
    inthemoodforgore
    Mardi 5 Avril 2016 à 19:40
    Donc, pour toi, Channel 309 n'est pas extrême. Il te faut quoi, des morts en direct? Je sais que ta génération ne s'étonne plus de rien mais là, je suis un peu étonné. Pour No Vaseline, je suis d'accord, c'est du très lourd. Mais largement inférieur aux Gusomilk dont je parlerai sur CC dans quelques temps.
    7
    Mardi 5 Avril 2016 à 21:16

    inthemoodforgore : Channel 309 est extrême sur bien des points mais ce n'est pas plus atroce que bon nombre d'autres films extrême, il n'est pas au dessus du lot comme semble l'être No Vaseline en terme d'atrocités. Mais ça reste bien évidemment une œuvre extrême mais ne se résumant, je pense, pas qu'a ça. Après bon le débat du "qui est le plus extrême" est sans fin et n'amène pas à grand chose. Pour moi dans Channel 309 la qualité du film passe par l'esthétique et l'ambiance et donc oui si on recherche uniquement des atrocités ça peut être décevant, d'ou le fait que No Vaseline semble plus approprié dans le domaine (rien qu'a voir la bande-annonce, burk burk ^^ )

    Pour Gusomilk j'ai trouvé un site proposant un bootleg, faut que je me renseigne pour voir si celui-ci est bon.

    8
    inthemoodforgore
    Mercredi 6 Avril 2016 à 14:46
    Certes. Tu marques un point.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :